Brief recit & succinte narration du voyage faiste à Québec, 1998

Brief recit & succinte narration du voyage faiste à Kingston, Québec aussi dict Stadaconé, Beaupré aussi dict terre du nort & autres, avec particulieres meurs, langages & culture des habitants d’icelles.

deco2I 9 9 8 deco1

Chapitre I – Apres que missire Bernard Tréboute et Marc Cormier maistres du Collège français et dame Romanet eut prins les sermens et faict jurez les estudiants et compagnons duditz autobus de bien et loyaulment présenter ledict Collège, partimes du havre de Toronto avecques ledit autobus d’environ cinquante places esquippez de vivres et valises.

estudian

Et avecques bon temps roullonz et vinmes à Kingston la dixiesme heure du quatriesme jour de juing et aterrames au Fort Henry dudict village estant en quarente quatre degrez et quart de latitude et en soixante seize degrez de longitude. Et pour le grand nombre de soldats qui estoint le long d’icelle Fort nous convint entrer en ung parking pour visiter ledict lieu.

Chapitre II – Et la dixhuitiesme heure du quatriesme jour dudict moys de juing, vinmes à Québec aussi dict Stadaconé avecques un vent de ouaist et fumes portez au nort. Aupres d’icelluy lieu est aussi bonne terre qu’il soit possible de veoir et bien fructifferante plaine de beaulx arbres de la nature et sorte de Toronto, savoir chaisnes hourmes frennes noyers prunniers yfz seddrez vignes aubespines qui portent fruict aussi groz que prunes de Damas et aultre arbes soubz lesquelz crois de aussi bon chanvre que celluy de Toronto lequel vient sans semance ny labour. Viste jucques à l’Isle d’Orléans aussi dict isle de Bascuz laquelle isle estoit toute couverte de boys. Et neantmoins que ladite ville soyt à quatorse mille lieues de Toronto nous descendisme pour mangier desdits nouilles audict restaurant La Vieille Maison Du Spaghetti.

Québec est terre de la meilleure temperance qui soict possible de voir et de grande chaleur et y a plusieurs endroits ou logez. Nous fûmes audict campuz de Laval et la nuit fist calme.

Chapitre III – Et le landemain qui est le cinquiesme jour dudict moys de juing et fysmes porter sur la dicte ville de Québec pour avoir la congnoissance de ladite terre qui estoit une belle ville. Desdicts Guides Québecois vindrent à nostre autobus. Et nous estans advertiz de leur venue allames à l’entrée de la ville. Lesdicts Guides faisant signes qu’ils estoint venuz pour visiter avecques nous. Nous leur fysmes parroillement signe que nous voullyons faire de mesme. Nous eumes bon temps et eusmes congnoissance du Musée du Fort et la dicte Citadelle. Apres avoir visité ledit lieu et treuvé estre convenable se retira nos estudians et les aultres.

Et la XIVe heure dudict premier vendredi dudict moys de juing nous peumes avoir congnoissance du Musée de la Civilisation

Et la XVIIIe heure descendisme pour mangier dans les boys. Nous trouvasme grant quantité d’estudiants qui estoient d’Amérique. Le maistre dudict lieu que nommasmes l’Érablière, donna à chacun sa petite cuillesre de boys de peu de valleur et se assemblerent ensemble à danser et dyrent plusieurs chanssons. Ils mangent chose où il y ait goust de sucre. Nous estans retournez en nostre autobus et fusmes audit campuz de l’université Laval.

Chapitre IV – Le landemain penultime jour dudit voyage nous fimes courir à nord & d’est pour avoir cognoissance d’aultres lieues. A la Ixe heure dudict jour et trouvasme un navire à savoyr la Grande Hermine du port d’envyron cent thonneaux.

Et la dixme heure dudict jour appareillasmes pour la coste de Beaupré. Fumes au cueur de ladite eglise de Saint-Anne de Beaupré. Nous passasmes le la fabrique d’objets de boys et vimes la fresque murale des legendes du folklore de ladite prouvynce de Québec. Et fumes oultre ledit fleuve envyron dieux lieues coutoyant l’ysle de Bascuz. Et au bout d’icelle trouvasme la Chute Saint-Anne. Rentrasme à Québec et nous descendisme pour mangier victuailles audict restaurant le Cavour.

Et la Vingtme heure dudict jour du mesme moy, apareillasme sur ung navire pour naviguer sur ledict fleuve aussi nommé Saint Laurent. La barque ou l’on estoit ouyons chanter dansser et mener feste. C’estoit chose horrible à houyr. Nous estans retournez en nostre autobus et fusmes audit campuz de l’université Laval.

Nous estans retournez en nos chambres vint le cappitaine vestu d’une vielle peau d’ours noire et nous fit une grande harangue nous monstrant ledict feu des larrons et puis nous monstroit la terre tout alentour de nous comme s’il eust voullu dire que toute la terre estoit à lui et que nous ne devyons pas faire de feu sur icelluy campuz.

Chapitre V – Le dimanche VIIe jour dudit moys eusmes congnoissance de l’inspection desdictes chambres et apareillasme pour ledit hable de Toronto. Et avecq bon temps avons voyagé par la route tellement que la XVIIe heure dudict jour sommez arrivez au hable de Toronto la grace au Chauffeur faisant fin à notre voyage. FIN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *