Un entretien avec Monsieur Bernard Tréboute

bernardUn entretien avec Monsieur Bernard Tréboute, enseignant de littérature au Collège français. Article paru dans l’Echo des Caps de Saint-Pierre et Miquelon, décembre 1998.

La charte des droits du citoyen canadien, rapatriée au début des années 1980 par Pierre Elliot Trudeau, donne aux francophones qui vivent hors Québec le droit à une scolarité en langue française. Grâce à ce cadre constitutionnel, les minorités francophones du pays peuvent enfin reprendre du terrain suite aux effets dévastateurs de l’assimilation culturelle.

C’est ainsi qu’à deux pas du haut temple du hockey canadien, le Maple Leaf Gardens de Toronto, vous trouverez une  école de langue française : le Collège français. Quatre cents élèves canadiens y poursuivent leurs études afin d’obtenir leur diplôme d’études secondaires.

Curieusement, c’est  au sein des couloirs du Collège français que l’on entend parfois des élèves de huitième année qui parlent du revenant de l’Anse à Ross, du fantôme du Barachois et même du trésor du Fulwood !

L’explication de cette situation qui pourrait en étonner plus d’un est fort simple. Depuis deux ans, Monsieur Bernard Tréboute utilise dans le cadre de son cours de littérature un livre intitulé Contes, Récits et Légendes des îles Saint-Pierre et Miquelon.

ENTRETIEN

Q  : Comment avez-vous découvert le livre de messieurs Joseph et Roland Le Huénen?

Bernard Tréboute : J’ai suivi un des cours du professeur Le Huénen à l’Université de Toronto et j’ai tout particulièrement apprécié son exposé de l’analyse poétique. À la fin de son cours le professeur Le Huénen m’a offert un livre qui venait d’être publié. Ce livre m’a beaucoup intéressé car il me renseignait sur cette culture particulière. D’ailleurs un de mes collègues, Monsieur Gérard Lefèvre, y était passé en tant que coopérant militaire. En lisant ce livre j’ai découvert les secrets et mystères de Saint-Pierre et Miquelon racontés avec une verve littéraire originale et pure. J’ai donc décidé de partager ce livre avec mes élèves. Le choix de ce livre fut d’autant plus logique que je pouvais profiter de la participation de mon collègue Marc Cormier.

Q  : Ce n’est pas la première année que ce livre est au programme du Collège français ?

Bernard Tréboute : Non, c’est la deuxième année maintenant que j’utilise le livre du professeur Le Huénen. J’ai d’ailleurs dû en commander 30 exemplaires de plus pour faire face aux nouveaux effectifs. Ce livre est resté au programme car il a beaucoup plu aux élèves, il fait désormais partie intégrante du programme.

Q  : Quelle est la réaction des jeunes canadiens face à ce livre ?

C’est une réaction honnête de jeunes qui s’intéressent aux mystères et par sympathie ils veulent en savoir d’avantage sur les origines de leur professeur de mathématiques.

Q  : Quel est le conte préféré du professeur Tréboute ?

J’ai beaucoup aimé la description du sort réservé aux petits graviers, car notre politique actuelle va justement contre l’exploitation de l’enfant et c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai lu et analysé avec la classe le poème dédié à ces malheureux exploités. Maintenant, l’aventure qui m’a le plus marqué c’est l’aventure du Fulwood avec son trésor enfoui qui n’est pas sans rappeler le Conte de Monte Cristo. J’ai beaucoup aimé le diaoulik, le makila ferré…

Q  : Quel est le conte préféré des élèves ?

Mistounet. Il est très simple car on y met en évidence l’animal familier qui vient se morfondre sur la tombe la larme à l’œil. Les jeunes ont aussi beaucoup aimé le gant noir et l’histoire du capitaine. L’histoire des goélands maléfiques, l’histoire du fantôme du Barachois ont beaucoup plu. D’ailleurs les élèves ont particulièrement apprécié la visite du professeur Le Huénen qui est venu expliquer son livre.

Q  : Quels parallèles pouvez-vous dégager entre ce livre et votre expérience ?

Étant originaire de la région de Boulogne, premier port de pêche de France, j’ai toujours vécu proche de la mer grâce aux pêcheurs de la région. J’ai aussi souvent participé aux fêtes des petits pêcheurs de la région, c’était des gens courageux et fort calmes, peu bavards et très croyants. L’histoire de la vierge protectrice me rappelle cette prière faite par nos marins qui partaient en mer de longs mois au large de Saint-Pierre. Je me souviens, quand j’étais enfant que mon père me montrait ces bateaux qu’il nommait terre-neuvas. Déjà ces promenades innocentes faisaient que la pêche à la morue existait dans mon jeune esprit.

NOTE: la huitième année est l’équivalent de la 4e en France.

Monsieur Bernard Tréboute est décédé le mercredi 24 novembre 2010. In memoriam.

1 comment on Un entretien avec Monsieur Bernard Tréboute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *