Principes politiques

La Politique a pour fin, non pas la connaissance, mais l’action. – Aristote


[d] Documents de référence

  1. Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789
  2. Constitution de la République française

[pp] Principes politiques

  1. La laïcité dans les lieux publics de l’état et des collectivités doit toujours être défendue. [Loi] – [Constitution]
  2. Nul ne peut se faire justice. [Fondements] – [Constitution]
  3. La méritocratie est un des fondements de notre République. La méritocratie est un système de gouvernance qui promeut les individus en fonction de leur mérite démontré par leur investissement dans le travail, effort, intelligence, qualité ou aptitude.
  4. « Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. » – Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946.
  5. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. [d.1.4/d.1.11]

[rad] Principes du radicalisme historique

  1. Le radicalisme est le refus du dogmatisme. « Qu’est ce que c’est que le radicalisme ? C’est essentiellement un état d’esprit ouvert, un état de libre examen, le refus du dogmatisme, le non enfermement dans l’a priori. En premier lieu, le radicalisme est une approche ! » – Edgar Faure, 13 octobre 1979, Congrès du Parti Radical.
  2. Le radicalisme entend résoudre les problèmes de notre société indépendamment des solutions socialistes ou néolibérales. Il prône un pouvoir législatif et exécutif fort.

[pbc] Principes de Benjamin Constant

  1. Toute autorité sociale émane de la force ou bien de la volonté générale
  2. Les lois ne doivent punir que les actions extérieures et non les pensées
  3. La tolérance ne peut pas être organisée : lister les cultes actuels, c’est oublier ceux à venir

[pkp] Principe de Karl Popper

  1. Une affirmation est dite réfutable s’il est possible de consigner une observation ou de mener une expérience qui, si elle était positive, entrerait en contradiction avec cette affirmation.

[cit] Citations politiques et philosophiques : Citer les pensées des autres, c’est regretter de ne pas les avoir trouvées soi-même – Sacha Guitry

  1. Le coup d’œil sur l’Histoire, le recul vers une période passée ou, comme aurait dit Racine, vers un pays éloigné, vous donne des perspectives sur votre époque et vous permet d’y penser davantage, d’y voir davantage les problèmes qui sont les mêmes ou les problèmes qui diffèrent ou les solutions à y apporter. – Marguerite Yourcenar
  2. Les plus mauvais lecteurs sont ceux qui procèdent comme des soldats pillards : ils s’emparent ça et là de ce qu’ils peuvent utiliser, souillent et confondent le reste et couvrent le tout de leurs outrages. – Friedrich Wilhelm Nietzsche, Humain, trop humain
    1. Die schlechtesten Leser. — Die schlechtesten Leser sind die, welche wie plündernde Soldaten verfahren: sie nehmen sich einiges, was sie brauchen können, heraus, beschmutzen und verwirren das übrige und lästern auf das Ganze.
  3. Les idées fausses ont la vie dure : elles survivent longtemps à la démonstration de leur inanité. – Jean-Pierre Chevènement
  4. Dans ma vie, j’ai tiré trop bas. Quand je devais faire un discours, il y avait un conseiller pour me dire: mettez cette phrase, cela fera plaisir à Untel. Ou supprimez cette phrase, elle gênerait Untel. J’ajoutais, je supprimais. Personne au fond ne m’en saurait gré, et je m’étais seulement un peu dégradé. J’ai accepté trop de compromis. Refusez. Soyez vous-mêmes. Montez, montez le ton. Visez plus haut. … plus haut. – Georges Pompidou, 27 mars 1974
  5. Les uns naissent grands, les autres se haussent jusqu’à la grandeur, d’autres encore s’en voient revêtir. – William Shakespeare
  6. Si l’État est fort, il nous écrase. S’il est faible, nous périssons. –  Paul Valéry
  7. Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. – Edgar Faure
  8. L’homme absurde est celui qui ne change jamais. – Georges Clémenceau
  9. L’histoire consiste à raconter la politique du passé, et la politique consiste à faire l’histoire du présent. – Edgar Faure
  10. En politique, il vaut mieux avoir tort avec ses amis que raison avec ses adversaires  – Edouard Herriot.
  11. Si vous n’avez pas d’opinions politiques, prenez donc les miennes  – Edgar Faure
  12.  Il faut être quelqu’un, non quelque chose. – Edouard Herriot
  13.  Ce qui m’intéresse, c’est la vie des hommes qui ont échoué car c’est le signe qu’ils ont essayé de se surpasser – Georges Clémenceau
  14. On ne ment jamais tant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse. – Georges Clémenceau
  15. Gouverner, c’est tendre jusqu’à casser, tous les ressorts du pouvoir. – Georges Clémenceau
  16.  Il est plus facile de proclamer l’égalité que de la réaliser. – Edouard Herriot
  17. Les polytechniciens savent tout, mais rien d’autre. – Georges Clémenceau
  18.  Le difficile n’est pas de sortir de l’X mais de sortir de l’ordinaire  – Charles de Gaulle
  19.  Une vérité est un mensonge qui a longtemps servi. – Edouard Herriot
  20. Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. – Georges Clémenceau

[arg] Arguments fallacieux et sophismes

  1. Attaque personnelle : Ignorer l’argument en lançant une attaque hors de propos sur la personne et non sur son discours. « Tous ceux qui disent qu’il faut construire une mosquée à Ground Zero ne sont que des gauchistes qui détestent l’Amérique. »
  2. Affirmation du conséquent : Ne croire qu’il n’y a qu’une explication à l’observation que nous faisons. « Le mariage entraîne souvent la naissance d’enfants. C’est donc pour cette raison qu’il existe. »
  3. Preuves anecdotiques : Ignorer les preuves obtenues par la méthode scientifique et préférer les anecdotes personnelles. « Je vais continuer à fumer. Mon grand-père fumait deux paquets par jour jusqu’à sa mort à l’âge de 90 ans. »
  4. Argument d’autorité : Prétendre que quelque chose est vrai parce qu’un « expert » (douteux ou non qualifié) affirme que c’est vrai. « Plus de 400 éminents scientifiques et ingénieurs remettent en cause le réchauffement climatique. »
  5. Appel à la pratique courante : Prétendre que quelque chose est vrai car c’est une pratique courante. « Cette banque a de gros problèmes de corruption. Mais pas davantage que ce qui se pratique dans les autres banques. »
  6. Argument par la conséquence : Soutenir qu’un argument est faux car cela impliquerait des choses que l’on ne veut pas croire. « Ce ne peut être le sénateur sur cette vidéo porno. Si c’était le cas, il aurait menti en disant qu’il ne connaissait pas la femme. Et ce n’est pas le genre d’homme à mentir. »
  7. Appel à la terreur : Un argument est posé en renforçant la peur et les préjugés envers l’adversaire. « Si l’on ne fait rien, il y aura davantage de mosquées que d’églises. »
  8. Appel à la flatterie : Utiliser un compliment déplacé pour laisser passer une contre-vérité qui sera acceptée en même temps que le compliment. « Nos intelligents et cultivés lecteurs sauront reconnaître un argument fallacieux tel que celui-là dès le premier coup d’œil. »
  9. Appel à l’ignorance : Une déclaration est considérée vraie tant qu’elle n’a pas été démontrée fausse (ou fausse tant qu’elle n’a pas été démontrée vraie). « Personne n’a prouvé que Dieu existe. Donc je sais qu’il n’existe pas. »
  10. Appel à l’argent : Croire que si quelqu’un est riche ou que quelque chose est cher, cela affecte la vérité d’une déclaration. « Si c’est plus cher, c’est que c’est mieux. »
  11. Argument de la nouveauté : Croire que quelque chose est mieux parce que c’est nouveau ou plus récent. « Génial ! La dernière version de ce système d’exploitation rendra mon ordinateur plus fiable et plus rapide. »
  12. Appel à la pitié : S’en remettre à la pitié pour influencer l’adversaire. « L’ancien dictateur est un vieil homme mourant. Il serait déplacé de le mettre en examen pour ces soi-disant crimes. »
  13. Raison de la majorité : Prétendre que quelque chose est vrai parce que la majorité des gens le croit. « Le lait est essentiel pour la bonne santé des os. »
  14. Manipulation des probabilités : Croire que si un événement peut arriver, il arrivera à coup sûr. « Il y a des milliards de galaxies avec des milliards d’étoiles chacune dans l’univers. Il est donc certain qu’il existe une autre planète où la vie intelligente est apparue. »
  15. Appel au ridicule : Présenter les arguments de son adversaire de manière à les rendre absurdes. « La foi en Dieu, c’est comme croire au Père Noël ou à la Petite Souris. »
  16. Appel à la tradition : Prétendre que quelque chose est vrai car il en a toujours (apparemment) été ainsi. « Le mariage est l’union entre un homme et une femme. Donc le mariage gay est immoral. »
  17. Vœu pieux : Dire qu’une déclaration est vraie ou fausse seulement parce que nous aimerions vraiment que ce soit le cas. « Le Président ne mentirait pas. Il est notre chef et un bon Américain. »
  18. Généralisation biaisée : Généraliser d’après un échantillon non représentatif pour renforcer le poids de ses arguments. « Le sondage sur notre site Internet indique que 90% des internautes sont contre les lois anti-piratage. »
  19. Charge de la preuve : Je n’ai pas à prouver ce que j’avance – c’est à vous de prouver que j’ai tort. « Je maintiens que les cycles solaires de longue durée sont la cause du réchauffement climatique. Prouvez-moi que j’ai tort. »
  20. Argument circulaire : La conclusion résulte des arguments eux-mêmes basés sur la conclusion. « La diminution des droits à la vie privée n’inquiète que ceux qui ont quelque chose à cacher. Vous devez avoir quelque chose à cacher si vous vous opposez aux lois contre la protection de la vie privée. »
  21. Attaque personnelle de circonstance : Dire qu’une déclaration n’est pas crédible seulement à cause des intérêts de l’entité qui l’affirme. « Une étude sur les risques sanitaires causés par les téléphones mobiles a été financée par des opérateurs de téléphonie mobile. Donc, cette étude ne peut être digne de confiance. »
  22. Composition : Prétendre que les caractéristiques ou les convictions d’une partie d’un groupe s’applique à la totalité du groupe. « Les derniers attentats terroristes ont été perpétrés par des groupes islamistes. Donc, tous les terroristes sont musulmans. »
  23. Déni des antécédents : Il n’y a pas qu’une seule explication à un événement. Il est donc faux de présupposer la cause en se basant sur l’effet. « Si vous avez un diplôme, vous aurez un bon travail. Si vous n’avez pas de diplôme, vous n’aurez pas de bon travail. »
  24. Division : Prétendre que les caractéristiques ou les convictions du groupe s’appliquent à un individu de ce groupe. « Beaucoup de conservateurs souhaitent interdire le mariage gay, n’approuvent pas l’existence d’un réchauffement climatique et nient la validité de la théorie de l’évolution. Donc, tous les conservateurs sont des créationnistes homophobes anti-écolos. »
  25. Faux dilemme : Ne présenter que deux options comme étant les seules tout en masquant des alternatives. « Nous allons devoir réduire le budget de l’éducation ou nous endetter davantage. Nous ne pouvons nous permettre de nous endetter davantage. Nous allons donc devoir réduire le budget de l’éducation. »
  26. Erreur du parieur : Croire qu’une série d’événements indépendants passés affectera des événements futurs. « J’ai tiré 10 fois en suivant à pile ou face et je n’ai obtenu que des faces. Donc, au prochain tirage, j’ai plus de chance d’obtenir pile. »
  27. Sophisme génétique : Attaquer la cause ou l’origine d’une déclaration, plutôt que sa substance. « Bien sûr que les médias gauchistes grand public ne vont jamais dire que Barack Obama est musulman. »
  28. Juste milieu : Comme les deux arguments opposés ont tous deux du bon, croire que la vérité se situe quelque part entre les deux. « J’ai abîmé l’arrière de votre voiture mais je ne pense pas que je devrais payer les dégâts. Vous pensez que je devrais payer l’intégralité des dégâts. Un bon compromis serait donc de partager la facture en deux. »
  29. Post Hoc Ergo Propter Hoc : Croire, parce qu’un événement en a suivi un autre, que le premier a aussi été la cause du second. « Depuis l’élection du Président, le taux de chômage est plus haut que jamais. Donc, le Président a porté un coup à l’économie. »
  30. Fausse piste : Apporter des éléments non pertinents à la discussion pour faire diversion et aboutir à une conclusion différente. « Pourquoi le sénateur devrait-il s’expliquer sur les irrégularités de ses dépenses ? Après tout, il y a des sénateurs qui ont fait bien pire. »
  31. Pente savonneuse : Croire qu’un changement relativement mineur conduira inévitablement à une chaîne d’événements (négatifs). « Si nous dépénalisons le cannabis, de plus en plus de gens consommeront du crack et de l’héroïne. Alors nous devrons dépénaliser ceux-là aussi. »
  32. Coup de projecteur : Croire qu’une observation faite par les médias sur un échantillon réduit s’applique au groupe tout entier. « Cette grande marque de chaussures emploie des enfants dans ses usines. Donc, toutes les marques de chaussures sont de méchants esclavagistes d’enfants. »
  33. Homme de paille : Créer une caricature simplifiée ou déformée de l’argument de son adversaire, et argumenter contre elle. « Vous affirmez qu’Israël devrait arrêter la construction de colonies en Cisjordanie car c’est une violation des traités en vigueur. Vous affirmez donc qu’Israël n’a pas le droit d’être une nation souveraine ? »
  34. Guérir le mal par le mal : Croire que si une faute est commise, une deuxième annulera les effets de la première. « C’est vrai, les conditions de détention dans cette prison sont cruelles et inhumaines. Mais ces détenus sont des criminels ! »
  35. Équivocation : Croire que si deux choses ont une même propriété, elles sont identiques. « Une théorie peut signifier une conjecture. Les scientifiques utilisent l’expression théorie de l’évolution. Donc, la théorie de l’évolution est une conjecture. »
  36. Argument d’autorité anonyme : Utiliser comme source des « experts » ou des « études » anonymes ou des groupes généralisés (comme « les scientifiques ») pour affirmer que quelque chose est vrai. « Il paraît qu’il faut 7 ans pour digérer un chewing-gum. »
  37. Appel à l’incrédulité : Parce qu’une déclaration semble incroyable, elle ne peut être vraie. « L’œil est une machine biomécanique incroyablement complexe contenant des milliers de composants imbriqués. Comment tout cela pourrait-il exister sans être le produit d’une cause intelligente ? »
  38. Appel à la nature : Rendre votre déclaration plus vraie en la comparant avec le « bon vieux » monde naturel. « Bien sûr que l’homosexualité n’est pas naturelle. On ne voit pas des animaux de même sexe copuler. »
  39. Pétition de principe : Omettre des facteurs importants et soutenir la véracité de sa déclaration sans aucune autre preuve que la conclusion de sa déclaration. « Toutes les drogues dangereuses sont illégales – c’est pour cette raison qu’elles sont illégales. »
  40. Cum Hoc Ergo Propter Hoc : Prétendre que deux événements simultanés ont une relation de cause à effet. « Les jeunes des gangs écoutent du rap violent. Le rap incite donc les jeunes à la violence. »
  41. Relativité fallacieuse : Rejeter un argument parce que l’on croit que la vérité est relative à une personne ou à un groupe. « C’est peut-être vrai pour toi. Mais ce n’est pas vrai pour moi. »
  42. Postulat indémontrable : Faire une déclaration qui ne peut être démontrée fausse, car il n’y a aucun moyen de vérifier. « Il a menti car il est possédé par des démons. »
  43. Argumentum ad odium : Rejeter un argument en faisant appel aux préjugés personnels que l’on a de son adversaire. « Ca m’énerve que tous ces riches acteurs hollywoodiens gauchistes passent à la télé pour faire leur promo. »
  44. Biais de confirmation : Ne garder que les preuves qui vont dans le sens de son argument et ignorer celles qui le contredisent. « C’est évident que le 11-Septembre était une conspiration du gouvernement américain pour justifier la guerre en Irak et en Afghanistan. Aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone. L’effondrement des deux tours était une démolition contrôlée… etc. »
  45. Culpabilité par association : Discréditer une idée ou une déclaration en l’associant à une personne ou à un groupe indésirable. « Oh, vous voulez assouplir les lois contre le terrorisme. C’est exactement ce que les terroristes veulent que nous fassions. Prétendez-vous être en faveur du terrorisme ? »
  46. Généralisation hâtive : Dégager une conclusion générale à partir d’un petit échantillon. « La conductrice devant moi vient de me couper la route. Les femmes ne savent pas conduire. »
  47. Ignorer la cause commune : Affirmer qu’un événement en a causé un autre alors qu’un troisième (que l’on ignore) en est probablement la cause. « Nous avons eu la révolution sexuelle dans les années 60, et maintenant les gens meurent du SIDA. »
  48. Mensonge : Une contre-vérité absolue répétée sciemment comme étant un fait établi. « Je n’ai pas eu de relations sexuelles avec cette femme. »
  49. Détail trompeur : Décrire une occurrence avec beaucoup de détails, même si c’est une occurrence rare, pour convaincre quelqu’un que c’est un problème. « Après avoir légalisé le mariage gay, les bibliothèques scolaires furent dans l’obligation d’exposer des œuvres traitant de l’homosexualité ; on racontait des contes de fées homosexuels aux écoliers et ils devaient lire des manuels faisant l’apologie de l’homosexualité. »
  50. Solution parfaite : Présupposer que le seul but est la solution parfaite, et rejeter tout ce qui ne résout pas le problème parfaitement. « Quel est le but de ces campagnes de publicité contre l’alcool au volant ? Les gens continueront de conduire en état d’ivresse quoi que nous fassions. »
  51. Suppression de données pertinentes : Ignorer intentionnellement des informations pertinentes qui s’avèrent aller à l’encontre de sa conclusion. « Le régime irakien possède et produit des armes chimiques et biologiques. Son but est la production d’armes nucléaires. »
  52. Sauvetage Ad Hoc : Essayer de sauver une certitude qui nous est chère en changeant les arguments de manière répétée pour en justifier ses défauts. « À part un meilleur système sanitaire, la médecine, l’éducation, l’irrigation, une meilleure santé publique, des routes, un système d’eau potable et l’ordre public, que nous ont apporté les Romains ? »
  53. Conclusion hâtive : Tirer des conclusions hâtives sans considérer équitablement des preuves pertinentes (et facilement accessibles). « Elle veut que les moyens de contraception soient remboursés par l’assurance maladie ? Quelle traînée ! »
  54. Généralisation globale : Appliquer trop largement une règle générale. « Ces jeunes hommes se sont révoltés car ils n’ont pas eu de pères moralement responsables. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *