L’Aurore Provinciale – Numéro 5

Éditorial : les grenouillages d’En Marche

Vous avez tous reçu le courrier provenant du Consulat général de France vous invitant à participer à une réunion publique virtuelle avec Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie. Vous avez été nombreux à y répondre, en posant vos questions avec sincérité et confiance.

Précédant cette réunion programmée pour 13h30, une autre réunion fut organisée entre le Secrétaire d’État et les élus représentant les Français de l’étranger au Canada.

Pour ma part, je suis intervenu en votre nom pour évoquer à nouveau la question de l’accès à la télévision publique française depuis l’étranger. J’ai aussi évoqué l’importance d’une vision politique francophone qui dépasse les frontières du Québec, ainsi que la nécessité première de mettre en place un soutien aux métiers de la restauration, vitrine première de la France à l’étranger.

Je n’ai pas souhaité participer à la réunion publique pour diverses raisons, en particulier pour que les citoyens n’exerçant pas un mandat électif puissent s’exprimer librement. Puis au fil des heures, des messages émanant de nos compatriotes me sont parvenus de-ci, de-là, soulevant de nombreuses interrogations sur la sincérité de l’organisation de l’événement. Le soir même, j’ai revu l’intégralité de ce qui s’apparentait davantage à une infopublicité qu’à une rencontre avec le public.
Non seulement, nous pouvions légitimement nous interroger sur l’apparition surprenante du député de la circonscription sur le plateau, mais encore sur la composition formatée d’un « public » servant de faire-valoir à des militants d’En marche au Canada.

Entre deux questions crédibles, se glissèrent des questions « faciles » et téléguidées de la part des têtes de listes d’En Marche pour Toronto et Montréal, sans oublier les questions de divers référents des fédérations du parti présidentiel. La ficelle étant un peu trop grosse, force est de constater que le réseau diplomatique s’est fait le relais d’un meeting politique sous couvert d’une réunion publique.

Pour dénoncer cette mascarade, j’ai signé avec divers collègues élus de Toronto, Montréal et Québec, une lettre au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, rappelant au devoir de neutralité des instances diplomatiques et consulaires. Notre lettre fut suivie, dès le lendemain, d’une lettre cosignée par six sénateurs représentant les Français de l’étranger, interpellant également le ministre Le Drian.

Il est fort regrettable que l’excellent travail du Journal des Français à l’étranger, ait été ainsi escamoté par un quarteron de militants engagés et qu’une réunion qui aurait pu éclairer nos compatriotes sur une foule de sujets ait été ainsi réduite à néant.


Valéry Giscard D’Estaing

Le Président qui organisa la communauté des Français de l’étranger – Un article par Fabien Ferasson.

« Les Français de l’étranger représentent pour moi la dimension mondiale de la France » – Valéry Giscard D’Estaing

Le saviez-vous ? Valéry Giscard D’Estaing fût aussi un Français de l’étranger, pour avoir enseigné au Collège Stanislas de Montréal, avant d’intégrer l’ENA en 1949

Un livre de condoléances virtuel pour Valéry Giscard d’Estaing se trouve sur le site de l’Ambassade de France au Canada.


Actualité sénatoriale

Le sénateur Ronan Le Gleut ne lâche rien. Le 30 juin, le Sénat adoptait à l’unanimité sa proposition de loi, déposée dès le 10 février 2020 avec ses collègues Jacky Deromedi et Christophe Frassa, créant un fonds d’urgence pour les Français de l’étranger victimes de catastrophes naturelles, de menaces sanitaires graves ou d’événements politiques majeurs. Le 27 novembre, le Sénat a voté en projet de loi de finances son amendement cosigné par Jacky Deromedi et Christophe Frassa, portant création d’un nouveau programme « Fonds d’urgence pour les Français de l’étranger », doté de 10 millions d’euros, dans la mission « Action extérieure de l’Etat ». »

Suite aux interrogations du sénateur Olivier Cadic, un courrier du ministre Jean-Baptiste Lemoyne est venu lever une inquiétude partagée par de nombreux élus des Français de l’étranger et ainsi les conforter dans leur action : une période de réserve de six mois ne saurait être opposée aux élus par l’administration à dater du 1er novembre 2020. Cette période débutera seulement le 20 mars 2021.

Le sénateur Robert del Picchia nous informe de la mise en place éventuelle d’un service de notariat par visioconférence, suite à la publication au Journal officiel du décret permettant aux Français, en France ou à l’étranger, selon un système « sécurisé et agréé », lequel pourra « recueillir leur consentement au moyen d’une signature électronique répondant au plus haut degré d’exigence en termes de sécurité ».

La sénatrice Jacky Deromedi quant à elle a saisi le garde des sceaux, ministre de la Justice, puisque le Gouvernement n’a pas écarté une évolution possible, afin que soit mise en œuvre la signature authentique à distance. En effet, le gouvernement n’a retenu que les procurations afin « d’éviter, au moins dans un premier temps, les difficultés techniques d’application de la signature authentique à distance ».

Le sénateur Christophe-André Frassa a interrogé le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la campagne de vaccination contre la Covid-19 à destination des Français de l’étranger. À suivre …

Le sénateur Robert del Picchia nous a fait savoir par son bulletin que les Français de l’étranger pourront éventuellement faire leur Journée Défense et Citoyenneté en ligne. Le cabinet de la Ministre a communiqué sur la mise en place d’une plate-forme qui devrait être accessible à partir de la mi-janvier.

Vous pouvez suivre toute l’actualité sénatoriale pour les Français de l’étranger en vous rendant à l’adresse www.senat.fr/expatries


Les vaccins ARNm : n’ayez crainte.

Vaccin ARNm – Qu’est-ce que c’est ? Dans les prochains mois, ces vaccins anti-Covids vont susciter chez beaucoup des interrogations légitimes et certains tenteront d’exploiter vos peurs. Les théories complotistes s’y mettent déjà et vous entendrez de-ci de-là que le vaccin changera votre ADN …

1) L’ADN est votre CODE. L’ARN est une copie conforme pour fabriquer des protéines.

L’ARN n’est pas l’ADN. Votre patrimoine génétique est codé en ADN qui se trouve dans le noyau cellulaire. L’ARN n’est pas votre patrimoine génétique, mais l’expression de celui-ci : une instruction qui part du noyau vers la machinerie cellulaire qui va construire vos protéines.

2) L’ARNm sert à créer des protéines.

Il existe plusieurs ARN, dont le fameux ARNm ou ARN messager : celui-ci sert uniquement d’instruction, de mode d’emploi, pour la création des protéines. C’est l’ingénieur de la cellule.

3) Un vaccin ARNm sert à créer des protéines pour déclencher le système immunitaire.

Ce type de vaccin a pour but de prendre le contrôle de certaines cellules pour qu’elles produisent des protéines qui ressemblent à s’y tromper aux protéines à la surface de la capside virale du SARS-CoV-2. Ainsi le système immunitaire aura appris à reconnaître le virus avant qu’il puisse infecter votre corps : vous serez immunisé.

4) L’ARNm peut-il changer mon ADN ?

Non, c’est impossible. Pour la même raison qu’une photocopie ne changera pas votre document original. L’ARNm ne peut pas être transcrit en ADN et s’insérer dans votre code, c’est un processus qui n’est pas possible dans nos cellules.
Dans le doute ? Vous avez peur ? Normal, c’est une technologie nouvelle et la peur est une réaction naturelle. Ayez confiance, sachez que la création de ce vaccin est l’équivalent de l’alunissage de 1969 : une victoire scientifique majeure, révolutionnaire et réalisée dans un temps record.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud