Le grand orgue de Notre-Dame n’est pas hors de danger

Concert d’Olivier Latry à l’église Saint-Basil de Toronto

Pour le 100e anniversaire de l’orgue Casavant de l’église catholique Saint-Basil, située sur le campus de l’Université de Toronto, son organiste John Paul Farahat a eu l’idée d’inviter, le 22 novembre dernier, le plus grand concertiste d’orgue de l’époque contemporaine, Olivier Latry, actuel titulaire des orgues de Notre-Dame de Paris.

Autre invité de marque, venu de Montréal: le directeur artistique de la maison Casavant Frères Ltée, Jacquelin Rochette.

C’est donc à guichet fermé que nous avons pu profiter de l’immense talent d’Olivier Latry, cet ancien élève de Gaston Litaize et successeur de Pierre Cochereau et Louis Vierne.

Palette de couleurs musicales

Le programme musical nous a promenés à travers les siècles, de Bach à Vierne, de Mozart à Franck en passant par Litaize et Gigout.

Ce choix avait pour objectif de mettre en avant la palette de couleurs musicales que peut offrir un orgue Casavant, et de rendre hommage aux grands compositeurs de cet instrument.

Les deux derniers morceaux du programme méritent qu’on s’y attarde: tout d’abord les Variations sur un Noël de Marcel Dupré. Il s’agit d’une œuvre surréaliste de complexité, où le regard peine à suivre le mouvement des mains et des pieds et où l’écoute n’arrive plus à s’associer aux informations visuelles.

À l’admiration de la complexité succède le rire lors de passages dignes d’un dessin animé survolté. Cette interprétation valut une ovation de plusieurs minutes avec l’essentiel du parterre applaudissant debout.

Orgue pour les traditions et pour l’enseignement

Puis vint la traditionnelle improvisation de fin de programme. Après l’ouverture d’une enveloppe contenant une brève partition sur laquelle se trouvent quelques phrases musicales, l’organiste se devait de créer une œuvre éphémère qui a pour vocation de disparaître à la fin de son exécution.

À nouveau ovationné, Olivier Latry, nous remercia en jouant la Symphonie de la cantate de Johann Sebastien Bach: Wir danken dir, Gott, wir danken dir, un incontournable du répertoire.

Construit en 1919 par Casavant Frères, l’orgue de Saint-Basil fut révisé et réparé par la grande maison québécoise en 1962, 1981 et 2017. Avec ses 3000 tuyaux, c’est un instrument d’excellence utilisé à la fois pour la tradition liturgique, mais aussi pour l’enseignement de la musique sur le campus universitaire.

Sauvé des flammesRencontré avant le concert, Olivier Latry nous a donné des nouvelles du grand orgue de Notre-Dame. Si nous savons que l’instrument fut largement épargné par l’incendie qui ravagea la cathédrale en avril dernier, il n’est pas pour autant hors de danger.

Construit initialement en 1402, modifié et agrandi au 17e siècle, il fut restauré tous les 25 ans. L’instrument parisien est un orgue français dans le sens musical du terme. Selon Olivier Latry, il est parfaitement adapté pour la musique classique et romantique, de Messiaen à Cochereau: c’est un instrument transcendantal.

Olivier Latry venait de poser ses valises à Vienne, le 15 avril, quand la nouvelle de l’incendie lui arriva. Il avait quitté l’orgue à peine 24 heures avant.

Mais quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que l’instrument était pour l’essentiel sauvé des flammes. À aucun moment la température avoisinante ne dépassa 17 degrés Celsius. Seul deux des 8000 tuyaux ont été endommagés par le ruissellement causé par l’eau des lances incendies.

Olivier Latry optimiste

Cependant, l’orgue de Notre-Dame fait face à trois grands problèmes. La voûte de la cathédrale est encore précaire. Sa chute entraînerait sans doute la perte irréversible de l’instrument. Autre source de problèmes: les grandes fluctuations de température saisonnières lors des prochains hivers et des étés. Mais surtout, le nécessaire nettoyage de la poussière de plomb sur l’ensemble de l’instrument.

Malgré cela, Olivier Latry reste optimiste. Plusieurs concertistes et artistes continuent de lever des fonds pour préserver ce magnifique instrument.

Rappelons qu’en mai dernier, sous mon impulsion, l’Union des Français de l’étranger et Français du Monde avaient organisé un concert au bénéfice de l’orgue de Notre-Dame à la cathédrale Saint-James de Toronto. Les sommes ainsi récoltées ont été orientées grâce aux précieux conseils d’Olivier Latry lui-même.

Il était donc plus que normal que je me rende à ce concert pour le remercier en personne. Je tiens à remercier John Paul Farahat, titulaire des orgues de Saint-Basil, à la fois pour l’organisation de ce concert et pour son accueil.

Publié dans l’Express de Toronto le 26 novembre 2019

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud