La Fédération Tricolore : 2017-2019

L’idée d’une Fédération Tricolore ayant pour but d’organiser le Quatorze Juillet est née chez les organisateurs de la fête nationale dès 2016. Le poste consulaire, l’Alliance française et les associations ne pouvaient plus soutenir seules l’organisation d’un tel événement, l’idée fut avancée de créer une structure fédérative d’associations et d’amis de la France.

14 juillet 2017

Pendant l’année 2017, alors que les structures de la future Fédération Tricolore furent planifiés, aucun Quatorze Juillet d’envergure ne fut organisé par manque de temps et de moyens. Néanmoins, le public fut invité à un très petit événement dans un coin du Dufferin Grove autour des toilettes publiques du parc.

  • Une Fédération tricolore de Toronto organisera le prochain «Bastille Day»Plusieurs partenaires impliqués dans l’organisation de la fête nationale française à Toronto, le «Bastille Day», vont créer un nouvel organisme, la Fédération tricolore de Toronto, pour gérer l’événement de l’an prochain et peut-être d’autres rassemblements du genre au cours de l’année.

22 novembre 2017

La Fédération Tricolore fut incorporée le 22 novembre : tout était alors prêt pour l’organisation du Quatorze Juillet 2018.

Dans le même temps, un quarteron organisait en parallèle une série de réunions privées entre quelques représentants d’associations françaises et francophones de la ville au cours de l’automne.

Janvier 2018

La tête de ce groupe « ad hoc », qui se présentait comme désintéressée, fut alors accueilli et invité à rejoindre la Fédération Tricolore pour en prendre le contrôle. Ce fut acté en janvier 2018 : définition même de l’entrisme !

  • La Fédération tricolore, un nouvel acteur dans la francophonieCrée conjointement par le Consulat, l’Alliance française, l’Union des Français de l’étranger, Français du Monde et la Toronto French School avant Noël, la Fédération tricolore veut canaliser les actions de ses cinq membres fondateurs ainsi que celles d’autres associations, «afin de donner plus d’impulsion à la francophonie» en Ontario (Toronto et Centre-Sud plus particulièrement)
  • La Fédération tricolore de Toronto a formé son équipeC’est officiel, la Fédération tricolore de Toronto s’est réunie le 26 mars pour la première fois lors d’une assemblée générale constitutive afin de choisir les membres de son équipe.Jusqu’ici désigné temporairement, Olivier Debregeas a été élu président de l’organisme et a invité tous les «Français, francophones et francophiles» à adhérer à la Fédération tricolore de Toronto.

26 mars 2018

Suite à quelques réunions et une assemblée générale tenue le 26 mars 2018, la fédération fut alors mis en veille pendant qu’un exécutif restreint se mit à prendre toutes les décisions.

14 juillet 2018

Le Quatorze Juillet 2018 fut tenu à Wychwood Barn et nous avions eu la visite d’un sénateur des Français de l’étranger. Cerise sur le gâteau : le lendemain, nous avions la victoire de l’équipe de France ! On ne pouvait espérer mieux.

  • Succès de la fête torontoise de la Bastille – L’année prochaine, dit-il [Steven Monteaud], «nous voulons organiser quelque chose d’encore plus grand». Créée spécifiquement pour organiser le 14 juillet, la Fédération songe aussi à d’autres événements rassembleurs «comme un marché de Noël ou le Beaujolais nouveau.»

Septembre et octobre 2018

Dès la rentrée 2018, suite à la publications d’articles dans la presse locale, je m’interrogeais sur les chiffres annoncés. Ainsi, les organisateurs avaient communiqué le chiffre de 2500 personnes à l’événement de Wychwood Barns. Présent, j’avais décompté au grand maximum 600 à 700 personnes, l’analyse de certaines photographies, notamment lors des discours, me confortait dans mon estimation généreuse. Les organisateurs arguèrent que des bénévoles comptaient les entrées et sorties, je n’étais absolument pas convaincu du chiffre avancé, pas plus aujourd’hui.

Par la suite, l’activité de la Fédération Tricolore semblait s’éparpiller, sa communication n’était plus celle d’une fédération d’associations mais celle d’un organisme autonome et à la dérive. Fête des mères, cassoulets, matchs de foot, tweets sur la reine Victoria : la Fédération Tricolore phagocytait le peu d’oxygène disponible au tissu associatif français de Toronto et semblait vouloir se poser en seule association légitime, faisant feu de tout bois.

Puis un masque tomba : un des principaux organisateurs du Quatorze Juillet présenta l’événement principal du calendrier comme s’il avait été organisé par le chargé de mission d’un parti politique. Cette récupération fut dénoncée par de nombreux membres de la Fédération Tricolore: une démission s’ensuivit, mais le ver était dans le fruit.

Bis repetita, ce même organisateur s’afficha comme soutien d’une candidate aux élections municipales de Toronto au titre de la Fédération Tricolore de Toronto : le mélange des genres devenait intolérable pour une association fédératrice et apolitique.

Mai 2019

Incapable d’organiser le Quatorze Juillet 2019, le président démissionna en mai, entraînant avec lui son entourage, laissant les membres présents en assemblée générale extraordinaire devant un choix cornélien : la dissolution, la mise en veille pour 2019 ou l’organisation in extrémis du Quatorze Juillet.

Par un choix majoritaire, le projet 2019 fut alors mise en veille et l’association maintenue. Cette décision fut prise suite à la présentation d’un audit interne, source d’interrogations sur le fonctionnement passé de la fédération.

Je souhaite à la nouvelle équipe dirigeante un succès retentissant pour le Quatorze Juillet 2020. Bon courage et bonne suite !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud