Seize questions pour les candidats à la présidence de l’UDI

Dans le cadre de l’élection à la présidence du parti, je souhaite que les questions suivantes sont prises en compte par les candidates et candidats.

Vie du parti

  1. Que ferez-vous pour préparer le retour la famille radicale dans notre parti ?
  2. Pourquoi ne pas permettre une adhésion gratuite selon le modèle « Freemium » ?

Les institutions et la démocratie

  1. Allez-vous proposer la fusion du Conseil économique et social et environnemental et le Sénat?
  2. Qui proposera de créer une carte électorale à puce « blockchain » pour le vote électronique aux municipales, cantonales et législatives ?

Le numérique

  1. Qui proposera d’inscrire la neutralité du net dans la Constitution ?
  2. Qui proposera de fonder une académie française du numérique consacrée à son étude, son éthique et son devenir?
  3. Qui proposera la création d’un baccalauréat « Start Up »
  4. Qui proposera la légalisation d’un espace numérique souverain pour que les citoyens puissent déposer des données privées avec clef de chiffrement personnel ?
  5. Qui proposera un projet de droit d’auteur adapté à la création d’œuvres dérivées : l’équivalent du « Fair Use » américain ?

L’éducation

  1. Qui proposera de créer un module jusqu’à la fin du lycée, consacré à l’épistémologie et la méthode scientifique pour les filières non-scientifiques.
  2. Qui proposera de créer des écoles aux adultes en dehors des heures régulières avec l’obtention des diplômes du lycée ou lycée professionnel ?

Les français ultramarins

  1. Qui proposera à tous les Français ultramarins étudiant en métropole d’accéder à la bourse nationale sans critères sociaux ?
  2. Qui proposera de créer des postes de représentation des collectivités ultramarines dans le réseau consulaire français ?

Les français de l’étranger

  1. Qui proposera de réformer la représentation politique des Français de l’étranger en réformant l’Assemblée des Français de l’étranger en profondeur ?
  2. Qui proposera de maintenir, voir élargir le réseau diplomatique français ?
  3. Qui proposera de mettre fin au géoblocage des contenus de la télévision publique française avec une redevance volontaire ?

Installé au Canada depuis vingt-cinq ans, j’ai choisi de rejoindre le Parti radical valoisien et l’UDI à partir de 2007, puis au gré des mouvements politiques de la circonscription législative nouvellement créée, j’ai été membre de la motion France Moderne et Humaniste au sein de l’UMP, à l’époque où ce parti pouvait se réclamer de la droite et du centre. Ayant soutenu Alain Juppé lors des primaires, j’ai quitté Les Républicains, convaincu que les radicaux ne pouvaient plus y faire valoir leurs idées.

Élu en mars 2014 conseiller consulaire représentant les Français de l’étranger de la circonscription canadienne de Toronto, je défends mes compatriotes et fait valoir leurs préoccupations auprès de nos sénateurs, députés et élus à l’Assemblée des Français de l’étranger.

Candidat aux sénatoriales de septembre 2017, investi par l’UDI et le groupe Union Centriste du Sénat, j’ai porté les couleurs de notre parti auprès des grands électeurs des Français de l’étranger.

Formé à l’enseignement aux élèves en grande difficulté ainsi que les élèves surdoués, je suis depuis quinze ans, le directeur d’une organisation pédagogique novatrice, spécialisé dans l’e-learning à travers le Canada.

Enseignant, militant, pédagogue, élu, je souhaite que mes propositions enrichissent le débat lors de la campagne à la présidence de l’UDI.

Marc Albert Cormier
Conseiller consulaire, circonscription de Toronto
Chevalier de l’ordre des Palmes académiques
Chevalier de l’ordre national du Mérite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *