Veille consulaire d’Ottawa : une non-affaire

incasAvant de faire une mise au point sur ce sujet d’intérêt pour les compatriotes d’Ottawa, je vais vous rappeler une légende inca. Vouant un véritable culte au Soleil, les Incas étaient persuadés que les éclipses solaires étaient dues à un monstre affamé qui dévorait l’astre solaire. Pour éviter le pire, les Incas sortaient avec tambours et casseroles pour faire le plus grand vacarme possible, chassant le monstre et réveillant la Lune. Et cela semblait fonctionner, le soleil revenait à chaque fois.

 

Quel rapport me direz-vous ? Simple, frapper des casseroles pour chasser le dragon, c’est la stratégie du conseiller consulaire Philippe Armengau : il s’agite comme une tornade dans la presse canadienne bluffée et crie victoire pour rien du tout.

 

Esbroufe et cabotinage sont quelques mots qui viennent à l’esprit quand on s’attarde un tant soit peu sur les méthodes de ce conseiller consulaire. Rien de nouveau certes, vous avez tous en mémoire son célèbre comité de soutien électoral où l’on retrouvait à ses côtés un Ambassadeur du Canada et le Premier ministre du Québec, tous deux inscrits à leur insu et qui ont du exiger leur retrait d’un document électoral français.

 

exclusion-lettreVous avez aussi en mémoire l’intitulé de sa liste qui disait soutenir toute l’écurie de la droite française alors qu’il était de fait exclu de l’UMP pour opposition aux candidats soutenus par le parti.

 

La veille consulaire d’Ottawa

 

Passons et venons-en aux faits concernant la veille consulaire d’Ottawa. Nous le savons tous, le Consulat de France à Ottawa fut fermé en 2005 pour de multiples raisons, notamment d’importantes coupures budgétaires au Quai d’Orsay. Grâce à l’action du conseiller AFE de l’époque, M Jacques Janson, le maintien d’une veille consulaire fut obtenu afin que soient disponibles des services de proximité.

 

Dix ans plus tard, un projet de consul honoraire pour la région d’Ottawa et Gatineau fut avancé par l’Ambassade de France. Originale, cette solution fut rejetée par les autorités canadiennes.

 

C’est donc pour cela qu’en avril 2016 j’avais pu annoncer à la communauté le maintien de cette veille consulaire à effectifs réduits. Le conseiller Armengau avait alors piqué une colère à mon encontre, s’estimant le seul élu d’Ottawa et seul habilité à parler au nom des Français de cette ville, oubliant que nous sommes les élus de toute la circonscription, de Winnipeg à Windsor et de Toronto à Cornwall. Nos compatriotes de Toronto et de Winnipeg attendent d’ailleurs qu’il vienne à leur rencontre en dehors des festivités du Quatorze juillet.

 

En septembre 2016, le consul général de France à Toronto m’a de nouveau affirmé que cette veille consulaire était maintenue, l’essentiel du travail étant fourni par le personnel de l’Ambassade de France. De plus, les permanences consulaires pour recueillir les données biométriques pour les passeports allaient continuer régulièrement, comme pour nos compatriotes de Sudbury et Winnipeg.

 

Profitant de la visite du Premier ministre Manuel Valls, le conseiller Armengau a donc monté de toute pièces une crise inexistante pour faire parler de lui, bluffant certains journalistes de la presse canadienne d’Ottawa pour se poser en responsable d’une solution qui était exactement celle annoncée en avril 2016.

radiocanada-ledroit

S’autocongratulant, le conseiller Armengau, s’attribue donc une nouvelle « victoire », c’est-à-dire de voir son nom dans les médias canadiens.

 

consulat-retour-programmePourtant, le conseiller Armengau s’était engagé pendant la campagne électorale à lutter pour le retour d’un véritable Consulat de France à Ottawa. Voilà qu’il se contente désormais de vous annoncer le statu quo en criant victoire.

 

Si le conseiller Armengau veut vraiment aider les compatriotes d’Ottawa, qu’il tienne des permanences régulières, qu’il assiste à la réunion consulaire annuelle tenue par l’Ambassadeur et qu’il se mette à la disposition de la communauté pour les accompagner avec constance et sérieux.

 

C’est bien plus utile que de courir après un secrétaire d’État pendant une réception pour décrocher une information qui n’en est plus une depuis huit mois !

 


 

 

4 comments on Veille consulaire d’Ottawa : une non-affaire

  1. Suite aux articles publiés par le journaliste Paul Gaboury dans LeDroit, j’ai demandé, au nom de l’objectivité journalistique, à ce que celui-ci croise les déclarations d’un élu avec l’Ambassade de France, le Consulat général de France à Toronto ainsi que tous les autres élus de la circonscription.

  2. Suite aux articles publiés sur le site de Radio Canada au sujet de la veille consulaire d’Ottawa, j’ai déposé plainte auprès de l’Ombudsman de Radio-Canada.

  3. Message du sénateur Louis Duvernois

    En mission parlementaire au Canada, à la rencontre des communautés françaises expatriées, j’ai pu clarifier des informations de sources contradictoires et concernant la fermeture de la veille consulaire à l’ambassade de France à Ottawa.

    Depuis la fermeture de la section consulaire, en 2005, le maintien de cette veille à l’ambassade assurait un service de proximité pour recueillir les données biométriques et l’établissement des passeports.

    Cette mesure d’exception n’étant plus inscrite dans la loi de Finances 2016, le poste à mi-temps de veille consulaire à été supprimé faute de financement.

    Nos compatriotes sont désormais conduits à prendre l’attache de nos consulats généraux, à Toronto ou à Montréal, et en fonction de leur lieu de résidence en Ontario ou au Québec.

    Des articles parus dernièrement dans la presse, à l’occasion de la visite officielle au Canada du Premier ministre, Manuel Valls, laissent pourtant accroire au maintien obtenu de la veille consulaire.

    Or, il n’en est rien.

    Pour m’assurer que ces informations véhiculées publiquement étaient dénuées de tout fondement, j’ai interrogé par écrit au Journal officiel de la République française, selon la procédure parlementaire, le ministre des Affaires étrangères et du Développement international. J’attends maintenant sa réponse également écrite.

    Au Canada actuellement, je peux néanmoins et déjà affirmer que le poste à mi-temps de la veille consulaire à Ottawa, ne sera pas réouvert par suite de fortes contraintes budgétaires.

    Je souhaitais faire cette mise au point pour que cesse toute interprétation publique abusive d’une situation qui n’est certes pas idéale pour nos compatriotes de la Région de la Capitale nationale du Canada contraints à leur tour à devoir se déplacer à Toronto ou à Montréal pour obtenir des services consulaires.

    Avec mes meilleures salutations, Louis Duvernois, sénateur des Français établis hors de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *