Quarante heures à Londres

londonL’arrivée à Londres s’est fait dans la plus belle simplicité : nous sommes loin du cauchemar qu’était autrefois Heathrow, la signalétique et l’ergonomie des lieux a manifestement été étudiée et remise d’aplomb.

Ainsi, entre la porte d’arrivée et la station de métro, aucun pépin ! A noter que la procédure d’entrée au pays, pour un citoyen Européen ou tout autre citoyen muni d’un passeport biométrique se fait par le passage d’une borne informatique qui lira les traits de votre visage. Vous êtes donc à la merci d’un logiciel de reconnaissance visuelle. Une fois que vous avez récupéré vos bagages, passage par la douane qui se fait tout aussi rapidement si vous n’avez rien à déclarer. En moins de 20 minutes, de la porte au métro avec bagage en main – temps record.

On tentera de vous vendre un billet pour un train express pour le centre-ville. Ayant commandé à l’avance la carte Oyster, équivalent londonien des cartes multi usage pour transport en commun, le chemin était tout tracé pour prendre le métro jusqu’au centre-ville sans passer par le service express. Cela veut dire qu’il a bien fallu plus d’une heure et demi pour arriver à la station Lambdon North par Picadilly.

Londres. Je me retrouve très rapidement ayant passé quelques jours dans cette ville dans les années quatre-vingt-dix. Dès les valises posées, c’est le temps de partir à la redécouverte de Londres: Westminister, son parlement, la tour de St Stephen (non Big Ben c’est une cloche, pas la tour…), Trafalgar, Westminister Abbey, 10 Downing Street, Soho, Buckingham, Fleet Street – je mitraille avec mon petit appareil – Près de 35 km en deux jours, véritable blitz – ah c’est peut-être pas un bon terme – qu’importe, Londres est dans la poche le temps de digérer le décalage horaire.

notbigbenQuelques suggestions pour un passage rapide à Londres :

  • Tourisme politique et institutionnel
    • Westminster. Aucune restriction en matière de nationalité pour assister aux débats parlementaires ou de la chambre des lords. Présentez-vous de bonne heure le matin, vers 9 heures pour savoir s’il y aura des places ou non. Si c’est un débat avec le premier-ministre en personne, il y a peu de chances que vous puissiez avoir une place dans la galerie des visiteurs. La queue peut prendre jusqu’à une heure. Une fois passé le poste de sécurité, vous serez dirigés vers le grand Westminster Hall avant de tourner à gauche vers le hall St Steven. Vous attendrez ici avec votre ticket de visiteur pour être amenés vers les galeries dès que des places seront libres. Aucun appareil photo, aucun téléphone n’est autorisé en ce lieu et la chambre des communes est protégée de la galerie des visiteurs par une énorme vitre. Vous pouvez aussi, selon le calendrier, visiter la chambre des Lords.
    • 10downing10 Downing Street. C’est la résidence du Premier ministre du Royaume Uni. Cette adresse célèbre est celle d’une maison au fond d’une impasse. Depuis les tentatives d’attentat qui on pu avoir lieu, l’accès à la rue est fermée par une énorme grille et un peloton de policiers armés. Les badauds sont tolérés et la photographie est tout à fait libre. Avec un peu de chance, vous pourrez sans doute prendre une photo d’une célébrité politique ou autre. Pour prendre une photo de la résidence du Premier ministre britannique, regardez au fond vers la droite et maintenez votre zoom pour les quelques moments où la grille est ouverte pour le passage d’une voiture.
    • Le palais de Buckingham. Si vous aimez le cérémonial, c’est ici qu’il faut venir pour la relève de la garde royale. Pour le reste, c’est beaucoup de monde qui regardent du gravier, des policiers et des grilles. Vous pouvez bien évidemment visiter une partie du palais si le coeur vous en dit.
  • Les monuments et lieux incontournables
    • Westminister Abbey. C’est LA cathédrale du royaume. Visite intéressante dans un lieu de culte, photographie interdite et célébrités historiques. 
    • Big Ben. En fait, Big Ben c’est le surnom du bourdon de la tour St Stephen, mais tout le monde confond la tour et la cloche. Si vous arrivez juste avant la sonnerie horaire, vous pourrez écouter un carillon connu par l’immense majorité de la planète : cette sonnerie a longtemps été propagée sur les ondes de la BBC en ondes courtes pendant le 20e siècle. La visite de la tour n’est pas permise au touristes, uniquement au résidents du Royaume Uni.
    • La tour de Londres. Une forteresse aujourd’hui aménagée pour les touristes qui viennent essentiellement voir les joyaux de la couronne. Quelques règles : interdiction formelle de prendre des photos des couronnes et ses joyaux car elles sont sacrées, seuls les visiteurs sont autorisés et la visite se fait sur un tapis roulant !
    • Le Tower Bridge, tout près de la tour de Londres, un pont basculant dont la machinerie est aujourd’hui ouvert au public.
    • Les musées. Bien évidemment, il faut avoir le temps de les visiter, peu réaliste quand on ne fait que passer. Si vous avez donc prévu plusieurs jours sur Londres, visitez donc le British Museum, le Tate Modern, le National Gallery et le Natural History Museum.

 

www.flickr.com


2 comments on Quarante heures à Londres

  1. Excellent résumé. Tout un exploi d’avoir pu faire autant de chose pour une halte éclair dans l’ancienne capitale impériale.
    Pour les visites « libre » dans Westminster, consulter l’horaire des comités parlementaires affiché à l’extérieur. Passer la sécurité en mentionnant la commission que tu veux voir. Après la séance du comité en question (pas besoin d’y rester des heures – moi j’ai fait 45 min, c’était sur la privatisation des hôpitaux), on peut circuler librement là où les visiteurs sont permis. On peut aussi se rendre directement à la tribune de la chambre des communes sans repasser par la case départ. Le tout en moins de 3 heures, avec un repas sur la terrasse parlementaire surplombant la Tamise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *