La haine 2.0

Sur les réseaux sociaux il existe une pléthore de pages et de profils hyper-politisés. Cela va du commentaire réfléchi au partage d’images les plus crasses en passant par des photomontages douteux avec des messages politiques simples à la clef. Ils sont de gauche, de droite, des extrêmes et du centre et trop souvent emprunts de certitudes absolues.

Facebook est le nouveau repaire de très nombreux iBeaufs : ils y véhiculent idées étroites, font part de leurs préjugés sans complexes, manquent de tolérance et sont souvent fortement trempés d’autosatisfaction. Ces utilisateurs sont prompts à partager sans réfléchir des images odieuses, provocatrices et de mauvais goût afin de satisfaire un préjugé particulier.

Prenons l’exemple d’une image terrible, terrifiante, d’un homme partiellement dévêtu, ensanglanté, pendu et entouré d’une foule enragée satisfaite de son acte. De nombreux participants figurant sur la photographie utilisent caméras et téléphones pour enregistrer la scène. La version ci-contre fut modifiée pour des raisons évidentes.

Cette image fut récemment installée sur Facebook par un utilisateur de Suisse avec comme intitulé  « Voilà une photo de l’assassinat d’un chrétien en IRAN ». Très rapidement l’image fut partagée par les contacts de cet utilisateur plus de 300 fois à travers la toile. Présentée comme un fait confirmé, les commentaires faisaient dans la surenchère et le déferlement de préjugés ressemblait à un défilé d’extasiés s’auto flagellant d’indignation.

Mais d’où vient donc cette atroce image ? Vu que personne ne s’était soucié d’en vérifier la source ou la légende l’accompagnant, j’ai effectué quelques recherches toutes simples. Tout d’abord, en utilisant le moteur de recherche d’images TinEye.com – j’ai découvert très rapidement que cette image était très répandue sur le web et que des versions modifiées ou adaptées se trouvaient sur les sites de médias occidentaux.

S’agissait-il donc bien de l’assassinat d’un chrétien en Iran ? Non, non et non. En fait, l’image est authentique, mais elle ne nous vient pas d’Iran mais du Liban. Pareil diront les iBeaufs ! Cependant l’explication qui accompagne cette terrifiante image n’est pas celle que l’on voulait nous faire croire : l’homme pendu était un certain Mohammed Muslem, suspect du meurtre d’une famille libanaise qui fut extrait d’une voiture de police et massacré par la foule enragée sans qu’un procès puisse avoir lieu. Source : bbc.co.uk

Il y a donc quelque part, quelqu’un, qui a honteusement détourné l’image de son contexte, qui a échafaudé autour d’elle un odieux mensonge et a délibérément lâché tout ceci dans le but d’alimenter les sentiments anti-musulmans de ceux qui se complaisent dans cette démarche. Ainsi, se construit la haine, à peine différente de celle qui a conduit ces villageois à se faire justice eux-mêmes.

Un conseil : doutez de tout ce qu’on vous présente, ayez l’esprit critique et de grâce mettons un frein à ce type de construction haineuse.

3 comments on La haine 2.0

  1. Le principal responsable de la distribution de cette image serait un sympathisant du Front National en France et militant de l’Union démocratique du centre, un parti politique suisse de droite, le plus à droite de tous les partis représentés au gouvernement.

  2. Dans le registre chaîne haineuse, la dernière aperçue sur Facebook est un pseudo article intitulé : « Nous avons tué six millions de Juifs et nous les avons remplacé par 20 millions de musulmans » signé d’un Sébastien Vilar Rodrigez

    Présenté comme un écrivain espagnol, ceux qui aiment déverser ce type de purin sur internet ne vous diront pas que « Sébastien Vilar Rodrigez » ou « Sebastián Vivar Rodríguez » est sans doute un personnage fictif et certainement pas un écrivain.

    Pour en savoir plus sur ce texte:
    http://plancksconstant.org/blog1/2006/03/sebastian_vilar_rodriguez_turn.html

  3. Chers amis, ça vous arrive de vérifier quoi que ce soit de temps en temps ?!

    Je suis désolé, mais Coluche n’a jamais dit ‘quand je dis la France aux Français, on me traite de raciste !’ – Quand vous partagez cette image, avec une fausse citation, vous salissez la mémoire de Coluche et vous partagez une saloperie de l’extrême droite.

    Je passe maintenant à la soi-disant photo de la « lapidation d’une femme en Somalie ». Ça ne vous dérange pas que la photo montre des bosquets d’arbres biens verts (en Somalie?!), ça ne vous dérange pas que le corps gisant au sol est celui d’un homme en short, le faux texte qui accompagne la photo vous permet d’assouvir vos préjugés sans complexe.

    Et quand vous partagez la photo des députés qui dorment, vous oubliez de mentionner qu’il s’agit de la session marathon du mariage pour tous quand l’opposition, dans une brillante stratégie, a décidé de déposer des milliers d’amendement. Mais qu’importe, cette photo tirée de son contexte vous permet d’assouvir votre populisme démagogique à deux balles.

    Et non Bill Gates ne vous filera pas $ 5000 si vous partagez sa photo, et non personne ne va guérir du cancer si vous partagez une photo, et non aucun médecin attend votre « j’aime » pour opérer la petite fille avec les tubes qui sortent des narines …

    Grâce aux réseaux sociaux, jamais autant de gens n’ont partagé autant de conneries en aussi peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *