Gérer son expatriation

Comment ne pas la perdre sa langue, élément fondamental de son identité culturelle ?

Il faut entretenir sa langue et sa culture comme on entretient son jardin. En effet, celui qui ne ménage par son expatriation verra parfois sa langue natale se déliter, s’atrophier. Si cette situation était monnaie courante autrefois, vu la solitude culturelle dans laquelle on pouvait se retrouver, grâce aux nouvelles technologies il est possible non seulement de maintenir un contact étroit avec les siens, mais avec sa patrie d’origine. Radio et télévision sur Internet, journaux et musique facilement accessible, nul ne peut se retrouver dans un isolement culturel absolu.

Comment réussir son retour, s’il y a lieu ? Il arrivera à tout expatrié d’avoir envie de rentrer en France – cette décision lourde de conséquences ne doit pas être prise sur un coup de tête, lors d’une crise personnelle ou suite à une déception. Le retour se prépare longuement et lentement.

L’éducation des enfants. Si les expatriés à court terme privilégient l’immersion en langue anglaise pour leurs enfants, il faut savoir gérer l’éducation de ses enfants et garder à l’esprit le fait que la langue ne peut être laissée en jachère trop longtemps. Pour reprendre une expression courante dans le monde de l’éducation francophone canadienne : le français s’apprend, l’anglais s’attrape.

Un cas particulier d’expatrié mérite qu’on s’y attarde, c’est – selon le néologisme québécois – le couple exogame, c’est-à-dire celui formé par un francophone et un allophone – un autre néologisme … Dans le cas des expatriés français, ces couples n’ont pas la même rétention linguistique et culturelle que les autres couples expatriés. L’expatrié doit donc se planifier avec soin ses objectifs culturels et linguistiques.

Nous laisserons le lecteur méditer cette locution basque : Hizkuntza bat ez da galtzen ez dakitenek ikasten ez dutelako, dakitenek erabiltzen ez dutelako baizik. – Une langue ne disparaît pas quand on ne l’apprend plus, mais quand ceux qui la parlent ne s’en servent plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *