Les cinq étapes de l’expatriation

superdupontL’expatriation se fait très souvent pour des raisons professionnelles, une situation qui n’est que temporaire. C’est pour cette raison que les Français à l’étranger ne sont que rarement organisés en lobbys politiques au sein de leur pays d’adoption, mais c’est là un tout autre sujet.

(1) Le rejet – Il existe cependant de nombreux citoyens qui s’expatrient par frustration, dégoût ou rejet de leur pays natal. Souvent, ces émotions ne sont que les projections d’un mal de soi profond, dans d’autres cas, c’est un concours de circonstances malheureux.

Il faut rester critique à l’égard de son pays, certes, c’est le signe d’une bonne éducation démocratique, mais ceux qui reportent sur le pays natal tout le mal qu’ils ressentent se trompent parfois de cible. Qu’importe, l’expatriation aura un effet curatif.

(2) L’ignorance – L’expatrié émotif ignorera longtemps sa culture et son pays, c’est une phase de découverte du pays d’adoption, c’est l’ignorance et même l’oubli de ses racines. Cette étape, comparable à une lune de miel, est celle de vacances rallongée, du plaisir de la découverte.

(3) L’ennui – L’expatrié émotif finira tôt ou tard par s’ennuyer. Progressivement, les comparaisons entre le nouveau et l’ancien pays se feront de plus en plus fréquemment et un glissement progressif s’opèrera. Le pays natal commencera à manquer, d’autant plus que l’expatriation est rarement sans embûches, sans tracas…

(4) La redécouverte – Ainsi de fil en aiguille, l’expatrié finira par découvrir que ses racines, sa culture, sa langue, le définissent davantage que tout autre facteur. Il découvrira de nouveau qui il est, d’où il vient.

(5) L’identité triomphante – Au risque de paraître nationaliste aux yeux de ses compatriotes de métropole, l’expatrié a parfois tendance à incarner une forme désarticulée de Super Dupont. Vu qu’en France, que le patriotisme exacerbé se mute souvent en nationalisme à connotations extrémistes, l’expatrié qui retrouve ses racines avec force doit toujours ménager l’expression de ces sentiments s’il retourne en France.

De plus, à l’étranger, il doit éviter de sombrer dans un nationalisme chauvin qui pourrait être perçu comme une forme nouvelle d’arrogance.

  • Le 9 janvier prochain : Les réseaux expatriés
  • Le 16 janvier : Gérer son expatriation
  • Le 23 janvier : Gérer les attitudes anti-Françaises

4 comments on Les cinq étapes de l’expatriation

  1. Cet article ne traite pas d’une autre raison qui pousse souvent à l’exil que nous devons passer sous silence: l’expatriation économique. Qu’il s’agisse de jeunes de formation scientifique ou autre qui ne trouvent pas de débouchés en France ou des jeunes de l’Outre-mer qui découvrent rapidement que l’emploi local leur est peu favorable vu la situation dramatique des économies assistées, l’expatriation peut-être la résultante d’autres situations.

  2. Un peu trop simpliste comme analyse. L’envie de s’expatrier ne signifie par renoncement et introspection mais plutôt ouverture à une nouvelle culture.
    Du moins je le vis comme cela… Mais je peux comprendre le côté obscure de l’expatriation

  3. Merci JPL – je crois qu’il y a autant de raisons de s’expatrier qu’il y a d’expatriés ou de Français de l’étranger. Certains ont suivi leur coeur, d’autres le font pour les raisons susmentionnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *